Ségolène Bourgon Cadet, qui vient de présenter son travail pour le Diplôme Shiatsu Maternité a fait des réflexions sur un lieu à côté de Paris dans la banlieue où elle a fait une jolie expérience de travail de Shiatsu avec les femmes exilées.

Je pense que c’est un travail très intéressant qui peut servir comme inspiration pour les autres !

“Le relais BéBé est une Association Parentale pour la Petite Enfance, à Nanterre.

Cette association distribue des couches, des petits pots, lait maternisé, pour les femmes et leurs enfants jusqu’à 18 mois. Les femmes et les familles sont sans ressource et sont souvent demandeurs d’asile politique. Elles viennent du Mali, du Congo, du Nigéria, du Niger, de L’Algérie, de Roumanie, du Cameroun, du Sénégal…

Les femmes et les familles vivent dans des conditions très difficiles logées soit par le C.A.D.A ou le Samu Social qui leur assurent, l’espace souvent d’une chambre pour se loger, avec leurs enfants. Elles sont souvent déplacées dans d’autres centres d’accueil, semaine après semaine avec les enfants et les nouveaux nés.

 

mali women pregnant

 

 

L’équipe de bénévoles est composée d’environ 25 personnes. Nous sommes réparties en équipe, celles qui font la distribution des petits pots, couches et lait maternisé, et celles qui sont au« tapis vert », lieu d’accueil des familles.

Le « Tapis vert » est un espace où les femmes se posent, discutent entre elles, en attendant d’être servies, en couches, lait maternisé, petits pots.

Les enfants peuvent y jouer, être entre eux, ou écouter une histoire par une « bénévole bibliothèque » et aussi découvrir des jeux et jouets grâce à l’association Clapotis.

C’est aussi pour nous, les bénévoles, un temps ou nous écoutons et partageons avec les femmes sur leurs vies, les difficultés rencontrées dans cet Exil.

J’ai créé cet Espace Shiatsu Maternité depuis 2 ans, grâce à toute l’équipe des bénévoles qui a accueilli mon projet avec une grande ouverture d’esprit. Les femmes viennent recevoir un shiatsu maternité ou un massage à l’huile.

Elles viennent souvent avec leur bébé jusqu’à l’âge de 6 mois de l’enfant et quand l’enfant commence à remuer un peu plus ou à marcher à quatre pattes, elles confient alors leur bébé aux bénévoles qui sont au « tapis vert » pour recevoir le shiatsu ou le massage plus tranquillement.

Certaines femmes enceintes viennent recevoir aussi un Shiatsu Maternité.

Le temps de cette distribution dure 3 heures et je n’accueille jamais plus de 2 femmes, pour assurer une écoute, une disponibilité, et un shiatsu de qualité.

Parfois aussi je ne reçois qu’une femme, et je rejoins l’équipe des bénévoles au « tapis vert », je m’assoie près des femmes et nous passons du temps avec les bébés et les plus grands à partager, à parler de leur vie.

Les femmes en général accouchent à l’hôpital de Nanterre. Certaines ont eu une césarienne. Elles retournent au bout de 48 heures dans leur logement, sans aide, ni soin, ni soutien financier.

Souvent elles n’ont pas la présence de leur famille, car la mère, le père, le grand- père, la grand-mère, les frères et sœurs sont restés dans leurs papys. Les femmes vivent toujours dans une grande incertitude quant à leur avenir.

Elles vivent dans très peu d’espace : la promiscuité crée souvent une forte excitation du bébé. Les femmes ne se séparent pas de leurs enfants, elles sont en général seules pour les élever. Les bébés pleurent souvent beaucoup quand leurs mères s’éloignent d’eux pour la distribution.

Nous encourageons toujours les femmes à parler à leurs bébés pour les rassurer et vivre des petites séparations dans les meilleures conditions. Toutes ces femmes portent en elle une grande force de vie, elles sont courageuses et très solidaires entre elles.

Elles portent en elle, malgré les grandes difficultés de l’Exil, la joie et le rire. L’enfant donne à la mère un grand sens à sa vie d’exilée faite de nombreuses incertitudes. L’enfant est le lien avec la Terre natale et l’espoir d’une intégration sur cette nouvelle Terre.

 

COMMENT SE PASSENT UNE SEANCE DE SHIATSU AU RELAIS BB

 

Pendant ces séances de shiatsu, les femmes viennent tout de suite s’allonger sur le ventre et me présentent leur dos. Elles souffrent toutes de douleurs du dos, du cou, de la nuque et des épaules à cause du portage du bébé permanent et de toutes les angoisses, les tensions accumulées.

Les mamans allaitent toujours leurs bébés et il y a aussi des problèmes d’écoulement de lait et d’engorgement des seins. Le shiatsu vient aider ces femmes. Les énergies de ses femmes sont très morcelées surtout dans les jambes et les pieds.

 

Les femmes africaines ont beaucoup de raideurs dans le dos, les épaules, la nuque, les jambes.

Je commence toujours par travailler avec le QI de la femme, je fais toujours la Vessie, la VB avec tous les étirements de la VB puis une ou deux connexions plus profondes et longues pour essayer de rentrer en relation avec le jing.

Les femmes aiment le shiatsu sur le dos et les épaules, le cou et la nuque qui les libère des tensions fortes.

Le travail sur les jambes et les pieds est difficile car je trouve que c’est la partie ou l’énergie est la plus morcelée, c’est l’ancrage avec la Terre, Terre quittée, incertaine, et souvent violente, et avec la Terre d’accueil mais toujours incertaine aussi : travailler l’ancrage des jambes en shiatsu peut donner à la femme un sentiment d’insécurité, des émotions fortes.

J’y vais toujours avec précaution et parfois je ne fais qu’une légère connexion : Par exemple 26 VB avec 41 VB ou sacrum et Rn 1

 

Les Merveilleux Vaisseaux utilisés

L’énergie des Merveilleux Vaisseaux chez la femme exilée est très morcelée. Les femmes ne me permettent pas d’y accéder. C’est un travail d’approche longue qui se prépare avec un travail sur le Qi, et par une confiance accordée par la femme qui se tisse autrement.

Puis lorsque la femme est prête, je peux alors travailler sur certaines zones des Merveilleux Vaisseaux, comme le Dai mai et Vaisseau Gouverneur. Le travail avec le Chong mai et Vaisseau Conception est souvent peu abordable. Car il est relié à la Terre mais aussi au Sang, le Xing, l’identité et au Souffle.

Au cœur de cette problématique de l’Exil et parce que les femmes ont souvent eu souvent des césariennes, je pratique essentiellement le Dai mai, pour rassembler l’énergie vers le centre, vers le Hara, pour donner une direction à l’énergie, un sens.

Le travail énergétique sur Dai mai aide aussi à diminuer les douleurs de dos, des lombaires. Il tonifie l’énergie de la ceinture souvent relâchée.

 

La connexion Rein-utérus, soutient les reins et l’utérus, renforce aussi le Dai mai. Soutient la mère lorsqu’elle est épuisée.

Je commence à pouvoir pratiquer la connexion Cœur-utérus, en lien avec MC 6.

Je travaille un peu plus le Chong mai au niveau des seins mais parfois pour beaucoup de femmes c’est un peu trop.

Je pense que les femmes me connaissent mieux maintenant et m’accordent leur confiance ; j’ai mis du temps à établir un lien de confiance.

Maintenant, elles me parlent plus librement de leur Terre natale et parfois des violences subies.

Je vais peut-être pouvoir leur proposer plus le shiatsu sur le Yin et je pourrai faire un peu plus Chong mai en Post natal.

Les femmes ne reviennent pas toujours régulièrement. Je ne propose pas directement le shiatsu maternité car les femmes connaissent

« l’Espace shiatsu maternité » qui est proposé par le relais BB ; Je laisse les choses se mettre en place.

L’essentiel c’est la relation qui s’établit au « tapis vert » pendant tout ce temps d’accueil et quand c’est le moment, les femmes viennent pour le Shiatsu avec leur bébé.

J’accompagne aussi souvent les mamans dans les massages et shiatsu de leurs bébés, elles aiment ce temps autour de l’enfant. Je leur demande de me montrer aussi comment faisaient leur mère, leur grand-mère, les femmes de leur famille quand je sens qu’elles peuvent parler.

Elles reviennent ainsi à leur culture, à leur manière de faire. Elles se rappellent alors de leur mère, de leur grand-mère, des sœurs, des tantes… et se connectent à leur identité, leur culture, elles reprennent alors confiance en elle.

Dans cet Espace Shiatsu Maternité, je pense que les femmes viennent trouver un apaisement, du réconfort, un partage, un temps pour se dire et se confier, et aussi le soulagement des douleurs, des tensions dans leur corps comme les douleurs des épaules, du dos, de la nuque dû au portage permanent de l’enfant.

Avec le temps, j’ai pu tisser un lien de confiance. Les femmes se disent et se confient un peu plus.

Elles aiment présenter leur enfant. Le Shiatsu Maternité vient soutenir et favoriser le lien mère-enfant dans des conditions de vie difficile et incertaine.

Cas pratiques

 

Shiatsu donné à une maman Malienne

Elle vient avec son bébé de 3 mois, un garçon, son autre fille a 3 ans. Elle vit seule et attend ses papiers.

Elle a accouchée à l’hôpital de Nanterre et a eu une césarienne. L’allaitement se passe bien.

La maman me dit qu’elle est épuisée. La maman met son bébé contre elle et l’allaitera pendant la séance, l’ainée joue avec l’équipe des bénévoles au « Tapis vert ».

Méridien de la Vessie, travail sur tout le dos, et les jambes jusqu’au pied avec 1 Rn. Travail des points shu des Reins et Rate en particulier 23 et 52 V et 20 V. Connexion Longue Avec Ming men et Cerveau.

Etirements le long de la VB, épaules, nuques, cou. Je dégage bien les tensions accumulées en demandant à la maman de toujours bien respirer.

Je propose à cette maman de respirer profondément et lentement. Je travaille avec la connexion Rein-utérus pour soutenir les reins et l’utérus, pour soutenir la mère qui me semble épuisée.

Je travaille avec le Dai mai qui rassemble l’énergie vers le centre, donne une direction à l’énergie.

Les méridiens Vaisseau Conception, Rate, Rein, Estomac sont coupés, sans énergie.

Travailler le Dai mai va aider à ramasser, à rassembler les énergies. Cette maman n’a d’ailleurs pas beaucoup de sensation autour de la césarienne : le travail énergétique sur le Dai mai aidera la maman à mieux intégrer la cicatrice de la césarienne aussi.

La zone des lombaires est affaiblie, l’énergie du Dai mai est sans force, sans direction. Je travaille le Dai mai toute la séance avec des connexions Rein-utérus. Je fais les points de Vaisseaux Conception sur le ventre et je reste longtemps sur VC 4.

Travail énergétique pour la cicatrice de la césarienne

Travail sur le ventre des méridiens de la Rate et du Rein

La maman me montre sa cicatrice qui me semble grande et épaisse.

J’encourage la femme à masser à l’huile doucement sa cicatrice, et de bien ressentir les zones plus contractées, qui grattent, qui sont gênantes et les zones vides, plus ouvertes.

La maman a aussi eu des émotions fortes pendant la séance. Elle semble heureuse du shiatsu et du partage, elle me dit sentir un dégagement et plus de légèreté sur sa cicatrice.

 

Ségolène Bourgon Cadet

Massothérapeute pour la femme et l’enfant

Massage traditionnel à l’huile & shiatsu maternité

Mémoire post natal, Shiatsu maternité, 29 mars 2015 [email protected]

 

 

 

Leave a Comment